CIL Centre Presqu'Ile

Stationnement résidentiel

CICA du 2 décembre 2021: piétonnisation, stationnement résidentiel, continuité cyclable

Rappel: CICA est l'acronyme de Comité d'Initiative et de Consultation d'Arrondissement

Le CICA a été créé aux termes de la loi du 31 décembre 1982, qui reconnaît le droit des associations à participer à la vie municipale et donne aux Conseils d'arrondissement des attributions particulières pour assurer cette participation.

Le CICA réunit périodiquement, sur un thème fixé à l'avance, les élus locaux et les représentants d'associations exerçant une activité dans l'arrondissement, qu'il s'agisse d'associations locales de membres de fédérations de confédérations ou de syndicats professionnels.

Le CICA est un organisme de propositions et de suggestions et doit permettre une meilleure connaissance des associations entre elles afin qu'elles puissent travailler ensemble. L'adhésion s'effectue sur demande de l'association auprès de la mairie, bureau du CICA Les séances du CICA sont publiques et ouvertes à tous.

A l'issue des séances, un procès-verbal est rédigé. Il reprend de façon synthétique la nature des interventions et présente les vœux qui ont pu être formulés:

Mairie du 2e compte rendu du cica du 2 decembre 2021

 

Gare de co-voiturage Quai Gailleton

Vous trouverez ci joint le compte rendu d'une réunion avec M Lungenstrass que le collectif "Apaisons le quai Gailleton" et le CIL ont rencontré. Manifestement le stationnement n'est pas une priorité pour nos élus qui considèrent le stationnement résidentiel comme "des voitures ventouse":  Reunion m lungenstrassReunion m lungenstrass

De : Bernard Colombaud
Envoyé : mardi 15 juin 2021 08:22
À : Mairie Lyon Valentin Lugenstrass - Fabien BAGNON
Cc : Cabinet 2ème  cabinet 1er 
Objet : Quai Gailleton et stationnement résidentiel en presqu'île

 
Madame la Maire, Messieurs les élus,
Je vous prie de trouver ci-joint, en version numérique, le courrier envoyé ce jour à MM Lungenstrass et Bagnon. Nous vous remercions de la suite que vous donnerez dans les meilleurs délais.
Cordialement,
Bernard Colombaud
Président CIL Centre Presqu'île
033(0)684537740

 

La Métropole de Lyon porte un projet de gare de covoiturage sur le quai Gailleton, dans le 2e arrondissement de Lyon, entre la rue des Remparts d’Ainay et la rue de Condé. Cette gare sera fonctionnelle en septembre 2021. Les travaux commenceront à la mi-juin.

Article le progres 2021 06 08

Reunion information garecovoiturageReunion information garecovoiturage

Dans ce cadre, la Métropole de Lyon, la ville de Lyon et la Mairie du 2ème arrondissement ont organisé le 6 mai 2021 une réunion publique pour présenter les objectifs de la gare de covoiturage et le déroulé des travaux, à laquelle plusieurs administrateurs ont participé. Le CIL-CPI s'est étonné d'être mis devant le fait accompli de ce projet, voté et financé en 2020, qui va supprimer 75 places de stationnement en surface sans compensation pour les résidents.

Cette réunion, qui fera l'objet d'un prochain compte-rendu, s'est tenue en présence de :

  • Fabien Bagnon, Vice-Président de la Métropole de Lyon délégué à la voirie et aux mobilités actives ;
  • Jean Charles Kohlhaas, Vice-président de la Métropole de Lyon délégué aux déplacements, intermodalités à la logistique urbaine ;
  • Valentin Lungenstrass, Adjoint de la ville de Lyon délégué à la mobilité, la logistique urbaine, les espaces publics et les occupations commerciales du domaine public ;
  • Pierre Oliver, Maire du 2ème arrondissement ;
  • Jean-Stéphane Chaillet, Adjoint du 2ème arrondissement délégué à la sécurité, à la solidarité et aux déplacements urbains.

Suite à cette réunion, voici le texte du courrier que le CIL Centre Presqu'île a cosigné avec le collectif: apaisons le Quai Gailleton:

Sophie Descour                                                         ApaisonsLeQuaiGailleton@gmail.com

Florence de Loitière                                                  CIL Centre Presqu’île

                                                                                                          Lyon, 11 mai 2021

QUAI GAILLETON, UNE PAUSE S'IMPOSE !

Lettre ouverte à

Monsieur Fabien Bagnon, vice-Président de la Métropole, délégué à la voirie et aux mobilités actives.

Monsieur Jean-Claude Kohlhaas, vice-Président de la Métropole, délégué aux déplacements, intermodalités et à la logistique urbaine

Monsieur Valentin Lugenstrass, Adjoint au Maire de Lyon délégué à la mobilité

Messieurs les élus,

Dans quelques jours vous prévoyez, du jour au lendemain, la suppression de 75 places de stationnement situées quai du Docteur Gailleton, entre les deux axes, pour y implanter une gare de covoiturage.

Vous nous avez présenté ce projet qui n’a fait l’objet d’aucune concertation, lors de la réunion qui s'est tenue en visioconférence le 6 mai dernier. Cet aménagement prévu entre les rues des Remparts d'Ainay et de Condé se décomposera en deux parties : l'une dans le sens sud/nord pour la dépose des voyageurs et les trajets longue distance et l’autre dans le sens nord/sud pour des trajets intra-métropole, réguliers ou ponctuels, avec ou sans rendez-vous en direction du nord via la M6 ou du sud via la M7. Ce projet répond à un double objectif, celui du développement du covoiturage tout en réduisant le trafic et les nuisances induites.

Comment ne pas partager cet objectif que vous affichez de réduire la circulation et de limiter les nuisances provoquées par cette autoroute en plein centre-ville. Une ambition à laquelle les habitants de ce quartier auraient aimé être associés pour redessiner l’aménagement du quai et apaiser ce quartier.

Mais votre objectif premier aujourd’hui est, avant tout, de favoriser le développement du covoiturage quelles qu’en soient les conséquences pour les habitantsalors qu’il faudra attendre longtemps avant d’en ressentir les premiers effets sur le trafic.

Cette infrastructure est démesurée tant par son coût (300.000€) que par son impact sur la circulation et le stationnement. Son utilité reste, à ce jour, hypothétique. Le trafic ne commencera-t-il pas par augmenter sous l'effet de ceux qui entreront pour prendre ou déposer un voyageur ? Ne risque-t-on pas de créer des files d’attente sur le quai si les emplacements prévus sont occupés par des voitures « en attente » ? Sans compter l'obligation pour les résidents qui, ne trouvant pas de places, seront contraints à des aller/retour pour trouver un stationnement. Le covoiturage n'est-il pas plus pertinent à la périphérie ? sur les derniers kilomètres ? là où les transports publics s'arrêtent ?

Comment pensez-vous améliorer la qualité de vie des habitants de ce quartier s’il faut « tourner » indéfiniment pour trouver soit une place de stationnement soit pour décharger la voiture avant de se remettre en quête d’une place à plusieurs kilomètres de son domicile… Une des alternatives que vous proposez, le stationnement dans des parcs en périphérie, est inadaptée. Elle serait même à l'origine d'une augmentation du trafic.

Depuis 20 ans, plusieurs centaines de places ont disparu dans la partie historique de la presqu’île ! Les habitants du centre-ville ne sont pas des partisans du « tout voiture ».Ils utilisent déjà largement l’offre des transports en commun et la marche à pied (comme le vélo pour ceux qui le peuvent) et réservent la voiture soit aux trajets longue distance soit au transport de matériel ou de personnes ne pouvant faire autrement (personnes âgées, jeunes enfants de familles nombreuses, PMR,…). La disparition année après année de places de stationnement n’est pas conciliable avec la nécessité de garder un quartier attractif pour les familles, un quartier vivant tel que décrit dans le document d’inscription de Lyon au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Nous ne voulons pas connaître le même sort que le nord de la Presqu’île dont les familles partent les unes après les autres, ainsi qu'en témoignent les fermetures d’écoles, de classes (3 à la rentrée dernière).

De plus quelles garanties aurons-nous du bon usage de cette gare, notamment si elle venait à être squatter, en particulier la nuit ?

Oui il faut penser autrement les mobilités. C’est pourquoi il aurait été plus judicieux de retenir un emplacement, au sud de la Confluence, à la hauteur du Pont Pasteur, où plusieurs axes se recoupent pour former un nœud de communication.Comme vous le savez, c'est déjà un lieu de rendez-vous utilisé en raison de la desserte du tramway et des lignes de bus, des sorties aménagées de l’axe M6 /M7. Cet emplacement dans un quartier en plein développement, dans lequel de nouveaux parkings souterrains ont été aménagés, contribuerait à renforcer la vocation d’écoquartier de Confluence. Il permettrait aussi d'éviter aux voitures d'entrer dans l'hypercentre.

Aujourd’hui, nous demandons

-la suspension du lancement des travaux pour lancer une concertation sur l’aménagement de la gare de covoiturage et l’indispensable plan de stationnement qui doit accompagner ce projet en prévoyant notamment :

-l'extension de la sectorisation du stationnement résidentiel pour permettre aux habitants du périmètre de la rue Sala au cours de Verdun et du quai Gailleton à la rue Auguste Comte de pouvoir stationner au tarif résident au sud de Perrache.

-une augmentation dans les mêmes proportions des places de stationnement réservées aux résidents au sein du parking de Perrache.

-la participation de riverains issus du Collectif ApaisonsLeQuaiGailleton, du CIL Centre Presqu’île mais aussi du Conseil de quartier Carnot Bellecour, au suivi des aménagements et de leurs usagesque vous prévoyez de mettre en place.

Avec le CIL Centre Presqu’île, nous réitérons la demande d’un état des lieux précis de l’offre et des besoins en matière de stationnement, à l’image de l’étude réalisée dans le 1er arrondissement ainsi qu’une étude des mobilités, qui au lieu de contraindre la vie de résidents, leur apporte une amélioration de leur vie quotidienne.

Compte tenu du planning très court que vous avez annoncé avant le lancement des travaux, nous comptons sur votre réponse dans les meilleurs délais et sommes à votre disposition pour participer à une réflexion concertée sur ce sujet important pour l’avenir de notre centre-ville.

Nous vous prions d’agréer, Messieurs les vice-Présidents de la Métropole, Monsieur l’Adjoint au Maire de Lyon, l’expression de notre haute considération.

Pour le collectif ApaisonsLeQuaiGailleton               Le Président du CIL Centre Presqu’île

Sophie Descour           Florence de Loitière                          Bernard Colombaud

Copies : M. Pierre Oliver, Maire du 2e arrondissement

M. Jean Stéphane Chaillet, Adjoint au Maire du 2e arrondissement délégué à la sécurité, à la solidarité et aux déplacements urbains

PLU-H et stationnement résidentiel en surface

Frédéric Auria, le Président du CIL Renaissance du Vieux Lyon, s'est joint au CIL-CPI pour faire part de notre inquiétude concernant les intentions de nouveaux élus sur le stationnement résidentiel en surface et en parking LPA. Nous avons fait parvenir une lettre commune au Maire de Lyon et au Président de la Métropole avec copie aux autres élus concernés.

Nous profitons de la modification du PLU-H (Plan Local d'Urbanisme et Habitat) pour exprimer l'importance de maintenir un centre-ville vivant et habité.

Hier, a eu lieu une visioconférence concernant l'installation d'une aire de covoiturage quai Gailleton qui supprime 75 places de stationnement. La plupart des intervenants (dont le maire du 2ème) ont réagi fortement à cette information. J'ai personnellement repris l'argumentation du courrier envoyé et ai demandé qu'une définition claire du cahier des charges fonctionnel des mobilités et du stationnement en presqu'île soit un préalable à tout nouveau projet. 

La création de la gare de covoiturage quai Gailleton entraîne la suppression de 75 places de stationnement entre la rue des Remparts d’Ainay et la rue de Condé.  Photo Progrès /Michel NIELLY

Réponses des élus:

  • M. Lugenstrass, Adjoint au Maire, ne remet pas en cause les dispositions actuelles du stationnement résidentiel en surface avec vignette, mais le manque de places sera un véritable problème si des places spécifiques ne sont pas attribuées à cet usage,
  • M. Bagnon vice-président de la Métropole et Président de LPA a déclaré que les visiteurs en presqu'île utiliseront moins la voiture ce qui libèrera des places pour les abonnés en stationnement résidentiel. Evolution à suivre de près.

20210421 gregory doucet residents secteur unesco20210421 gregory doucet residents secteur unesco               20210421 bruno bernard residents secteur unesco20210421 bruno bernard residents secteur unesco

Inventaire des places de surface disponibles (25/11/2020)

Combien les habitants résidant dans la Presqu’île utilisent-ils de places de stationnement sur voirie ? Nul ne le sait. Or il est nécessaire et possible d’en avoir connaissance.

La Ville de Lyon et la Métropole ont l’intention de piétonniser la Presqu’île au nord de Perrache, ou plus précisément d’en faire une zone à trafic limité (ZATL). Dans cette perspective, les possibilités matérielles pour les habitants, ou résidents, d’y stationner leurs voitures sont à examiner. Il faut tout d’abord bien connaitre la situation actuelle. Certains résidents disposent de places de parking priées, soit comme propriétaires soit comme locataires, d’autres louent des places en parking publics. Toutes ces places sont coûteuses et sont en nombre insuffisant. Aussi les résidents ont-ils des possibilités de stationner leurs voitures dans la rue. Il est rappelé que ceci est autorisé par le code de la route (article R417-12), pour une durée maximum de 7 jours au même emplacement, sauf dispositions réglementaires locales plus contraignantes Dans les zones à stationnement réglementé payant (ce qui est le cas de la Presqu’île au nord de Perrache), la vignette de résident permet de bénéficier d’un stationnement à un tarif préférentiel dans un périmètre défini autour du lieu d’habitation.

Chaque ménage résident peut se procurer en mairie contre paiement une, ou deux vignettes de résident, valable un an. A chaque vignette est attaché un numéro de plaque d’immatriculation, donc une voiture précise. Pour pouvoir effectivement stationner, le résident se procure un ticket, mensuel, hebdomadaire ou journalier, soit sur un horodateur de son secteur de stationnement, soit sut un smartphone. L’achat d’un ticket ne prouve pas que la voiture correspondante sera effectivement satonnée sur la voirie. Surtout si ce ticket est mensuel ou hebdomadaire. De plus depuis le 1er janvier 2018, vignette et ticket sont dématérialisés, il n’est plus nécessaire de les apposer derrière la vitre.

Finalement, la Ville connait le nombre des vignettes achetées, ainsi que celui des tickets de stationnement en cours de validité. Mais elle ne sait pas les usages qui en sont faits : les voitures sont-elles effectivement stationnées en voirie et où ?

En conséquence, pour avoir une bonne idée de l’importance de l’utilisation des places de stationnement sur voirie par les voitures des résidents, il va falloir procéder à des enquêtes portant sur toutes les heures de journées représentatives et sur tous les tronçons de rues. Les possibilités de lecture automatique rapide des plaques d’immatriculation grâce à des appareils lecteurs enregistreurs devraient permettre d’y procéder sans coûts excessifs.

Ce travail d'inventaire a déjà été effectué sur le 1er arrondissement : 2021 2 22 stationnement dans le 1er arr2021 2 22 stationnement dans le 1er arr

Bilan du stationnement résidentiel (étude du Grand Lyon Métropole de décembre 2020)

Date de dernière mise à jour : 09/01/2022

Commentaires

  • Christian PAUL
    • 1. Christian PAUL Le 29/11/2021
    Le forum est réservé aux administrateurs, car le nombre d'accès est limité.
    En revanche, cet espace de commentaires est ouvert à toutes et à tous sur chaque page du site Internet, à condition de bien vouloir indiquer votre nom et votre adresse mail pour que nous puissions éventuellement vous répondre.
    Après avoir résolu le petit test anti-spam, faites nous connaître votre avis sur le sujet traité, et cliquez sur "Ajouter" il nous sera précieux !

Ajouter un commentaire